Environnement (archives)

Quelques lectures


Voilà, ça fait pas mal de temps que je m’adonne de temps en temps à certains livres. J’ai décidé de prendre un peu de place sur ce blogue et de faire un billet sur mes coups de coeur, tant au niveau de la littérature de fiction que des ouvrages documentaires (sur l’environnement, vous l’aurez deviné!)

Voilà donc les oeuvres que j’ai lues cette année et que j’ai bien aimé:
– Comment les riches détruisent la planète, d’Hervé Kempf (note: je suis en train de le finir)
8/10

Le développement durable – produire pour tous, protéger la planète, de Loïc Chauvreau
9/10

The Homeowner’s Guide to Renewable Energy, par Dan Chiras
9,5/10

– (Paru à plusieurs maisons d’édition sous plusieurs titres) L’assassin royal, v.f. de Far Seer Trilogy et The Tawny Man Trilogy (en anglais – 6 livres… en français – 12 livres)

1984, de George Orwell
9,5/10

La ferme des animaux, de George Orwell
8/10

Le referendum volé, de Robin Philpot
8,5/10

Résumé des volumes:

Comment les riches détruisent la planète
Je dois avouer que je m’attendais, au départ, à une position extrêmement ferme et méprisante envers la richesse. Pourtant, les premières pages parlent d’abord d’anecdotes et de la situation actuelle de l’environnement, ainsi que de la complexité de la question. Ce qui est dur avec l’environnement, c’est qu’il est difficile d’en voir les conséquences, et que la majorité d’entre elles se voient à très long terme. Toutefois, le lien entre la richesse et la dégradation de l’environnement y est plus ou moins faite, même si ce lien est toujours présent. Hervé Kempf appuie sa prémice d’anecdotes et de statistiques nombreuses et très explicatives. Ce n’est pas le genre de livre à lire lorsque l’on n’a pas l’intention de suivre cela par une profonde réflexion. L’oeuvre apporte aussi une approche très globale et internationale des questions sociales, économiques et environnementales, mais contient plusieurs références françaises qui ne concernent pas vraiment directement nos pauvres québécois.

Le développement durable – produire pour tous, protéger la planète
ATTENTION! Ce lire doit être considéré pour ce qu’il est: un ouvrage de référence. À moins d’être un mordu (comme moi), je vous déconseille de le lire d’une traite. Cet ouvrage a été publié aux éditions de la Petite encyclopédie Larousse. Il traite de questions environnementales, sociales et économiques de façon très vulgarisée (le livre est présenté sous forme de plusieurs petits articles de 2 pages), par des articles très variés (le pétrole, l’aide internationale, le rapport Bruntland, la qualité de l’air, etc.).

The Homeowner’s Guide to Renewable Energy
Une merveille à lire pour quiconque a envie de bâtir une maison, d’en acheter ou d’en rénover une. Vous aurez par contre de la difficulté à le trouver en librairie, cet ouvrage américain étant très rare ici. Ce livre ne pourra jamais vous conseiller entièrement, mais il montre des façons de s’assurer à réduire votre facture d’électricité, de façon passive (par l’isolation, par exemple, ou la position des fenêtres) ou par des méthodes énergétiques (la microhydroélectricité, les cellules photovoltaïques ou l’éolien par exemple). Le gros avantage est que cette belle oeuvre explique très bien le fonctionnement de ces systèmes, et comment ils sont moins dommageables pour l’environnement ET vous font sauver de l’argent. Vous remarquerez que plusieurs initiatives dont l’auteur parle ont servi à alimenter sa maison, qui est autonome énergétiquement.

Far Seer Trilogy et Tawny Man Trilogy
Aux amateurs de Fantasy (médiéval-fantastique est le terme qui s’en rapproche le plus en français): oubliez Tolkien, J.K. Rowling et ces fadaises, pour prendre le temps de lire un Robin Hobb. La série de l’assassin royal (12 livres en français, 6 en anglais) est réservée aux mordus de ces fictions, des longues intrigues et de l’imaginaire. Je suggère fortement de lire les livres en anglais; si vous les passez tous, vous sauverez au bas mot 70$. Et ce ne sera pas des livres de poche.

Fitzchevalerie est le bâtard de l’héritier du thrône des Six-Duchés: Chevalerie Loinvoyant (notez que « Fitz » signifie « bâtard »). Lorsque le prince Vérité apprend que son frère a eu un enfant, Chevalerie ayant eu un mariage non-fécond avec dame Patience, il suscite l’embarras de la famille Loinvoyant qui ne peut qu’admettre que Fitz est bien l’enfant de Chevalerie. Le roi Subtil décide donc de faire venir à la cour de Castelcerf le jeune homme, pour lui donner la vie de cour dont le sang de son père le rend digne. Mais une fois arrivé, il demande au jeune homme de prêter serment à la famille Loinvoyant en leur servant d’assassin royal…

Bien que la série soit fantastique et presque inégalable (plusieurs lecteurs assidus y trouveront moult frustrations), Robin Hobb a malheureusement tendance à terminer ses trilogies de façon très courte. Mon conseil: c’est une série très coûteuse, donc je vous conseille d’acheter le premier livre et de voir si cela vous intéresse.

1984
La Guerre c’est la Paix
La Liberté c’est l’Esclavage
L’Ignorance c’est la Force
Voilà les 3 slogans du Parti, affichés sur le Ministère de l’Amour à Londres, en Océania (Amériques, Angleterre et Afrique du Sud).

Winston travaille dans cette ville en 1984 (ce livre a été publié en 1949), alors que le Parti communiste de Big Brother est au pouvoir dans la nation. Fatigué du système totalitaire qui retire à ses citoyens les libertés les plus fondamentales, suivez la rébellion du personnage contre l’État de Big Brother.

Hautement critiqué par les communistes ET les capitalistes (on ne les rate pas non plus!) de l’époque, cet ouvrage se veut un roman d’anticipation pour tout état totalitaire (note: un état communiste n’est pas nécessairement totalitaire). C’est étrange d’y trouver des points communs à notre monde.

La ferme des animaux
La rébellion s’orchestre dans la ferme. L’ennemi: les bipèdes. Une fois celle-ci déclenchée, la guerre éclate violemment entre les animaux et les hommes, qui dirigent la ferme. Suite à une dangereuse rencontre, les animaux réussissent à en sortir les hommes, pour fonder leur propre communauté. Rapidement, les cochons émettent les nouvelles règles de la ferme, sous un principe d’or: « Tous les animaux sont égaux! » Mais la ferme des animaux engendre des rumeur, et l’on remarque aussi les rôles de chacun et leur participation à la société. Les moutons, qui forment une bonne partie de la ferme, répètent ce qu’on leur apprent. Les chevaux, quant à eux, sont la force qui permet à la ferme de fonctionner. Dans cette nouvelle ferme, les cochons prennent de plus en plus de force, après avoir réussi à dresser les chiens de leur côté.

Livre court, mais peu léger. Encore une fois, George Orwell surprend par son imagination.

Le referendum volé
Bon, bien sur, cet ouvrage s’adresse aux intéressés: aux souverainistes et aux curieux. Robin Philpot explique dans ce livre certaines manigances effecuées par le camp du NON au moment du referendum de 1995. Il affirme clairement que sans ces magouilles, l’option du OUI l’aurait probablement remporté. Cet ouvrage montre de quel point de vue les gens voient la culture québécoise et comment tous les moyens sont bons pour que le Canada reste uni (et que les responsables de cette propagande ne soient pas punis).

Loin de moi le fait d’exiger un autre referendum ou d’utiliser ces arnaques comme motif en faveur de la souveraineté, je trouve simplement important que l’on s’informe de la façon, morale et immorale, légale et illégale, que le camp du NON a gagné le referendum.

Je ne conseille pas de lire le livre « Les secrets d’Option Canada », car c’est un ouvrage qui répète beaucoup d’informations de ce livre et ne fait qu’ajouter des chiffres et des factures. « Le livre noir du Canada anglais » peut toutefois être intéressant, tant qu’on ne s’en gonfle pas trop l’ego.

7 réflexions sur “Quelques lectures

  1. Bien intéressant ces critiques! Je me souviens d’avoir été très marqué par les livres d’Orwell.

  2. Belle initiative de nous faire découvrir tes lectures! … j’aime bien cette idée. Certains blogues gardent en permanence une « biblioth`que virtuel » sur leur sidebar…

  3. Ouep, c’est une bonne idée ça ^^, je crois que je vais le faire. En fait, je vais faire un billet (court pour une fois) pour encourager les gens à mettre sur leur sidebar un top 5 de leurs livres lus. Cela pourrait inciter à partager ses lectures les uns avec les autres, et on apprendrait un peu à connaître les autres.

  4. Intéressant comme critiques. Seul désaccord profond: considérer Tolkien comme une fadaise me fait très mal. Je suis un fervent Tolkieniste…

    Jacques

  5. Essaie la Farseer Trilogy, Jacques, et tu vas jetter le seigneur des anneaux aux poubelles ^^. Je n’ai pas lu cette trilogie de Tolkien, mais je me suis tappé Bilbo et le Silmarillon (et ai réussi à en suivre le court… ce qui semble être un exploit). La série de FitzChevalerie (12 livres en français, 2 trilogies en anglais), c’est vraiment autre chose. On plonge encore plus dans le monde créé par l’auteure.

  6. Ahhh…Je comprends maintenant pourquoi tu n’apprécies pas Tolkien.

    Le Hobbit et le Silmarillon ne sont pas la bonne approche pour le découvrir. Il FAUT que tu lise le Seigneur des Anneaux. C’est une oeuvre grandiose. Vraiment. Rien à voir avec le Hobbit, qui est un livre pour enfants.

    Tu parles d’un monde créé par l’auteur. Attaches ta tuque pour le monde Tolkien, c’est vaste, complexe et prenant. Un délice.

    Je tenterai d’inclure ta suggestion dans mes lecture. A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s