Environnement (archives)/Transport

Qu’est-ce que le smog?


On a parfois des épisodes de smog au Québec, et plus particulièrement à Montréal. Par contre, voilà un comparatif d’une journée normale en 2002 et une journée de smog estival, dans la ville de Québec (il n’y a aucun photomontage, mais la photo a été prise par le gouvernement du Canada du même point de vue)

Chaque année, à Montréal, nous avons environ 12 périodes d’avertissement de smog, mais il faut avouer que les températures de notre mois de juillet sont assez clémentes pour dire que nous aurons peu de périodes de smog estival ce mois-ci. Par contre, il faut noter que nous avons eu un printemps plus prolifique qu’à l’habitude en smog.

Le mot smog date de 1905, et a pour racine l’union des mots anglais « smoke » et « fog ». Ce n’est pas un phénomène très nouveau; depuis l’empire romain, l’Angleterre se chauffe en partie au charbon. Combiné aux particules d’eau en suspension dans l’air, Londres a souvent été entouré d’un épais brouillard qui ressemblait à de la fumée. Le phénomène est devenu si important qu’en 1273, le roi Édouard 1er décida de bannir les feux de charbon dans la capitale. Un grave épisode, en 1952, tua d’ailleurs 4000 personnes en 4 jours. Depuis, la ville a pris des mesures par son Clean Air Act pour diminuer l’ampleur du problème. Certaines façades, jadis encrassées par 2 siècles d’accumulation de gaz et de poussières en suspension, ont commencé à reprendre des couleurs.

Le smog est composé plusieurs gaz: l’ozone troposphérique, les oxydes d’azote et le monoxyde et dioxyde de carbone sont les principaux composants mesurés dans l’air. Le smog est aussi composé d’autres gaz, comme les composés organiques volatiles (COV) relâchés par certaines industries.

Le smog est une réaction entre le soleil et des émissions de gaz qui peuvent avoir des causes multiples, mais sont le plus souvent causées par des activités humaines (surtout dans les cas de smog urbain). La réaction entre le soleil et le gaz ralentit ou maintient au sol des particules qui, en temps normal, devraient s’élever dans l’atmosphère. La présence persistente de ces gaz peut être dommageable pour les aînés, les enfants ou les gens avec des problèmes respiratoires, comme l’asthme. Le smog cause aussi, à un faible degré, une irritation des yeux et du nez (en s’attaquant à ses membranes protectrices) et augmente donc la susceptibilité à contracter des maladies. Les statistiques montrent qu’il y a plus de cas d’hospitalisations pendant les épisodes de smog.

Le smog peut avoir des origines naturelles. Certains arbres émettent des composés organiques volatils. Des feux de forêt peuvent aussi être en cause. Durant une éruption, il existe un « smog volcanique », avec une forte concentration de dioxyde de souffre. Par contre, le phénomène de smog urbain, celui de la ville, est du principalement à l’activité humaine.

Le programme Info-Smog du gouvernement du Canada conseille de combattre la pollution de l’air en diminuant le voyagement en voiture. Elle conseille de ne pas utiliser le bois comme principale source de chauffage durant l’hiver et de ne pas tondre la pelouse les jours où la qualité de l’air est faible. Il est aussi bien de faire inspecter sa voiture fréquemment et de porter une attention particulière au convertisseur catalytique du moteur, qui assure une meilleure combustion des gaz émis par la combustion de l’essence. Un tel convertisseur existe aussi dans les meilleurs foyers à combustion lente pour le chauffage au bois, et assure un chauffage de meilleure qualité, moins d’émissions de gaz et facilite l’entretien de la cheminée.

Chaque année, le smog cause le décès de 16 000 personnes au Canada.

Info-Smog:
http://lavoieverte.qc.ec.gc.ca/atmos/smog/fiche_info_f.html

4 réflexions sur “Qu’est-ce que le smog?

  1. 16 000 personnes par année au Canada? Wow, le smog est un tueur en série. C’est effarant. Comment arrive-t-on à ce chiffre?

  2. Si ça ressemble à ça à Québec, je n’ose imaginer comment serait le même genre de photos comparatives à Montréal!

  3. Pour avoir vu les images de la ville de Québec, surtout l’hiver, parfois ça peut être monstrueux. Mais imagine Londres😛. Dans les romans du XIXe siècle, il y avait toujours des scènes qui se passaient dans un « épais brouillard » appelé pea-souper (qui était en fait du smog causé par les feux de charbon et l’humidité de l’Angleterre). C’était tellement ancré profondément dans la culture qu’il était présent dans les livres, et symbolisait habituellement le mystère ou le danger. On le voit encore dans plusieurs films qui ont lien avec Londres au XIXe siècle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s