Énergie (archives)/Environnement (archives)

Le barril à 125 US$… Enfin!


Il n’est plus très étonnant de voir des gens revenir à la maison en se plaignant que le plein d’essence leur avait coûté 50$ aujourd’hui. Le prix du brut selon ADVFN Commodities est de 126.05 US$, au moment où je vous parle. Cette montée du prix du pétrole est un gouffre sans fond pour les consommateurs, mais un Eldorado pour les gens qui seront capables d’en profiter. En effet, pendant que plusieurs se plaignent du prix du pétrole élevé, des nouveaux marchés et même des politiciens en profitent.

Le prix du pétrole était, dans le passé, était extrêmement irrégulier. Voilà, en dollars constant, le prix du barril de 1860 à 2004.

On voit, par exemple, que dans les années ’70, suite à des conflits en Iran et en Irak, le prix du barril a drastiquement augmenté. Pendant ce temps, croyant que le prix resterait élevé, des énergies alternatives ont été implantées. C’est le cas de l’énergie solaire dans le Sud des États-Unis. Par contre, au fil des années, le prix du barril diminua, et le gouvernement fut obligé de financer partiellement l’industrie de l’énergie solaire, jusqu’à ce que Ronald Reagan fut élu au pouvoir aux États-Unis. Après cela, les incitatifs gouvernementaux furent abolis, et la majorité des entreprises spécialisées en énergie solaire firent faillite (remarque: certaines le méritaient à cause de la médiocre qualité de leur produit, mais disons que le marché du solaire est encore bien loin).

Ce que l’on voit, c’est qu’avec un prix du pétrole plus élevé comme actuellement, d’autres alternatives énergétiques deviennent rentables. L’économie d’énergie aussi devient rentable, et l’on risque de voir, comme ce fut le cas en Europe, nos concessionnaires offrir des moteurs et des automobiles consommant moins de pétrole. Les utilisateurs de VUS ne seront pas très contents…

Certains spécialistes proposent, afin de permettre à d’autres énergies de se développer et d’éviter des crises, est de mettre un prix plancher au barril de brut. Si le prix du brut venait à être plus bas que cela, il serait taxé. À quoi une mesure servirait? Hé bien, cela permettrait de dire aux entreprises énergétiques que si elles produisent autant d’énergie qu’un baril de pétrole, mais pour moins cher que (disons) 125 US$, il y aura des gens qui achèteront cette énergie. Cela offrirait une certaine sécurité. En ce moment, si par exemple le baril venait à retourner sous la barre des 100$ par on ne sait quel miracle, toutes les entreprises qui étaient rentables avec un baril à 125$, mais ne le sont plus avec le baril à 100$, fermeraient leurs portes, comme ce fut le cas auparavant. Si l’on veut diminuer notre dépendance au pétrole, il faut être capable d’en contrôler les prix pour favoriser la recherche dans ses alternatives.

Un dernier point important que je tiens à rappeler: le pétrole est une plaie économique pour le Québec, comparativement au reste du monde. Nous n’avons aucune réserve de pétrole, mais pourtant nous en consommons beaucoup, en bonne partie à cause d’une industrie du transport. Dans le contexte actuel, où le baril du brut monte de façon astronomique, serait-il à peu près temps que nous trouvions des moyens de diminuer notre dépendance au pétrole? Le développement du transport ferroviaire et la R&D dans les moyens d’économie d’essence pour le transport, ainsi que la recherche en nouveaux biocarburants prometteurs serait une bonne avenue pour le Québec. Le PQ a compris qu’il serait utile de devenir plus indépendant au niveau de cette ressource que nous n’avons pas.

Publicités

5 réflexions sur “Le barril à 125 US$… Enfin!

  1. Beau résumé d’une conversation que nous avons eue la semaine dernière 🙂

    Mes parents vont acheter une voiture à faible émission cette année. C’est pas comme rouler à vélo, mais je suis très fier de leur geste.

  2. Pingback: Le barril à 125 US$… enfin! « Progressistes

  3. Une information détaillée sur l’évolution du prix du baril de pétrole (Brent de référence) depuis 1987 : Le prix du pétrole et l’énergie

    Cela se trouve sur un site français et en conséquence, les prix sont donnés en dollar US et en euro, en tenant compte de l’évolution des taux de change et de l’inflation de chaque pays.

    Pour mieux comprendre l’impact sur le pouvoir d’achat, le prix du baril est aussi donné en « Smic horaire », en heures de travail au salaire minimum officiel.

    Un site d’ailleurs très documenté sur les questions d’énergie et qui mérite d’être mis dans les favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s