Société (archives)

Quand la sécurité est en jeu


La semaine dernière, Maxime Bernier a piqué une simulation non-convaincante de crise, après avoir accusé les partis de l’opposition en chambre de s’attaquer à lui personnellement, en demandant des informations sur son ex-copine, qui aurait eu des liens avec le crime organisé dans le passé.

Selon les questions demandées, l’inquiétude des partis de l’opposition était plutôt de savoir s’il y aurait pu y avoir des failles dans des domaines de la sécurité nationale. Cela n’est pas flatteur pour la dame en question, mais il doit toujours y avoir une certaine inquiétude quand un ministre des affaires étrangères est proche d’une personne qui a un lien avec quelqu’un ayant eu des contacts avec le crime organisé. Dans ce cas-là, une enquête peut être nécessaire, et c’est par question de sécurité et non pour vouloir s’immiscer dans la vie intime des politiciens. On ne demande pas si Maxime Bernier bande mou, on veut savoir s’il y a eu une faille dans la sécurité nationale.

Dans le passé, il y a eu un cas de ministre ayant eu des contacts avec le crime organisé au Québec. La fille de Marc Bellemare, ministre de la Justice, avait des contacts avec les Hell’s Angels, en 2004. Cela l’avait forcé à démissionner en 2004. L’opposition, en questionnant cette inquiétude, entrait-elle dans la vie privée familiale de M. Bellemare, ou était-elle inquiète de la sécurité nationale du Québec? Quelques mois plus tard, M. Bellemare démissionna de son poste de ministre (ce qu’il fallait faire, pour un ministre de la Justice), et son poste de député.

Je ne crois pas que l’on veuille exiger que M. Bernier démissionne de son poste pour si peu. Ce que l’on veut, c’est de la franchise, des vrais arguments, que l’on admette qu’une enquête est nécessaire pour rassurer la population sur des informations prioritaires du gouvernement. On ne veut pas que Stockwell Day nous rassure à la télé, on veut une enquête et en finir au plus vite.

Publicités

5 réflexions sur “Quand la sécurité est en jeu

  1. Je pense que tu as tout dit ce qui devait être dit sur le sujet.

    Je trouve que ça tient de la naïveté de prétendre que cette histoire ne concerne que et seulement la vie privée du ministre.

    Mais de toute manière, j’ai toujours pensé que le crime organisé avait ses entrées au gouvernement 😉

  2. J’ai suivi cette histoire de loin… peut-être peux-tu répondre à une question: est-ce que M. Bernier fréquentait cette dame lors de son investiture comme candidat pour le PCC? Si oui, est-ce qu’un candidat doit informer son parti qu’il a (ou a eu) un(e) conjoint(e) qui a des liens avec le crime organisé? Est-ce que le parti peut alors autoriser (ou non) cette personne à se présenter à l’investiture de son comté?

  3. En fait, ce que je sais, c’est qu’il était en couple avec elle lors de son investiture comme ministre des affaires étrangères.

    Donc, je présume que non, quand il s’est présenté dans son comté, je crois qu’il n’était pas avec elle.

    Le second point nébuleux est à savoir si M. Bernier savait le passé de Julie Couillard, mais si c’était le cas, il avait le devoir de le dire avant d’être nommé ministre, afin qu’une enquête soit mise en oeuvre pour protéger la sécurité nationale via les informations importantes qu’il pouvait obtenir.

    Mais si ça marche comme au provincial, un candidat ne peut se présenter au nom d’un parti sans avoir l’approbation du chef de parti. Donc oui, il aurait été possible que l’on refuse qu’il se présente, ou que les représentants du comté ne l’élisent pas.

  4. Pingback: Quand la sécurité est en jeu « Progressistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s