Énergie (archives)/Environnement (archives)/Transport/WTF? (archives)

Les voitures électriques: 4 modèles


Je vais passer en revue aujourd’hui 4 modèles électriques, que j’ai tirés de wikipedia. Pourquoi ceux-là? Parce que je les ai trouvés et qu’ils ont des particularités intéressantes à voir. Cela pourra permettre de voir certaines concepts particuliers communs au design des nouvelles voitures électriques.

La REVA (voiture fabriquée par une compagnie indienne, populaire en Angleterre)

Poids: 745 kg
Vitesse maximale: 70 km/h
Autonomie: 80 km
Places: 4 *2 adultes et 2 enfants
Prix: 16 000$
Type de batteries: Batteries de plomb

C’est clair, c’est une voiture de ville. On le voit à la vitesse maximale et l’autonomie limitée, mais la REVA est très populaire à Londres. Son prix est relativement abordable, mais je ne m’assoirais pas à l’arrière, personnellement. Puisque cette voiture est si petite, elle n’est pas assujettie aux tests obligatoires de sécurité, mais les tests ont montré que sa cotte était assez… pathétique. C’est d’ailleurs le cas de toutes les voitures électriques limitées à la ville.

La batterie de plomb est le modèle de pile rechargeable le plus ancien et primitif au monde! Ces batteries sont plus lourdes, peu efficaces et sont très dommageables pour l’environnement, car elles utilisent du plomb et des acides. Par contre, ces batteries perdent leur potentiel moins rapidement que les autres modèles de batteries rechargeables. Mais le poids est toujours un facteur limitant dans les voitures électriques petites.  Ce qui fait habituellement pencher le choix des fabricants de voitures électriques vers la batterie au plomb, ce sont les années de recherche derrière ce modèle et donc, son prix plus bas. À long terme, on en verra de moins en moins dans les voitures électriques, qui la remplaceront par la technologie des batteries d’ions de lithium (comme les portables) ou possiblement les sources de stockage d’électricité.

La Buddy (Voiture Norvégienne)

Poids: 1020 kg
Vitesse maximale: 80 km/h
Autonomie: 40-80 km (dépendant de la saison, car elle survit mal à l’hiver Norvégien)
Places: 3
Prix: 25 000$ (Vous avez bien lu, il ne manque pas de zéro, rien)
Type de batteries: Lithium-ion

Une autre voiture de ville, de modèle assez simple. Comme il faut mettre le chauffage l’hiver, l’autonomie de la voiture en est diminuée. Et personnellement, je ne vois pas où l’on peut placer une troisième personne dans la voiture, sauf peut-être en l’assoyant sur le frein à main.

Le problème des batteries d’ions de lithium est que leur durée de vie est limitée. Avec le temps, même sans les recharger, leur potentiel se désagrège (on estime que leur potentiel diminue de 20% par année). On estime que la durée de vie de la batterie de la Buddy est donc de 2 à 5 ans, dépendamment de l’utilisation. Encore une fois, c’est faible…

Le montant demandé pour acheter cette boîte à savon électrique peut sembler élevé à première vue. Par contre, il faut savoir que c’est la 4e voiture la moins chère du pays, après un modèle de KIA, une voiture urbaine de Peugeot et la Matiz de Chevrolet.

La Zenn (Zero Emissions, No Noise, voiture canadienne avec une manufacture à Saint-Jérôme)

Poids: 544 kg
Vitesse maximale: 45 km/h
Autonomie: 54-90 km (dépendant des conditions de l’hiver au Canada)
Places: J’en vois 2
Prix: 12 000 – 16 000$
Type de batteries: Batterie de plomb (pour l’instant, car il y aura bientôt un changement à la batterie de céramique EESU)

Je voulais mettre ce modèle, car il est fabriqué au Québec. Par curiosité, je crois que ce serait bien que j’aille leur rendre une petite visite pour voir l’une des dernières voitures faites au Québec.

L’automobile est encore une fois un modèle urbain. 45 km/h comme vitesse maximale, on y croit à peine! Par contre, pour une voiture urbaine et son prix, c’est un modèle raisonnable.

La nouvelle batterie EESU en céramique risque d’être une bonne avancée au niveau des batteries de voitures électriques. Elle sera commercialisée dans la prochaine génération de voitures ZENN. Elle est 2 fois plus légère que les batteries aux ions de lithium, son plus proche concurrent. Son volume est plus petit, elle se charge en quelques minutes (au lieu de 4 à 8 heures), ne contient pas de matériaux dangereux et perd son potentiel moins rapidement.

La Tesla Roadster (J’avoue, je la ramène souvent et j’ai un faible pour cette voiture sport ^^)

Poids: 1220 kg
Vitesse maximale: Beaucoup, mais pour vous donner un aperçu, elle fait du 0 à 100 km/h en 3.9 secondes, quoique les test drive disent plutôt 5.7 secondes.
Autonomie: approximativement 400 km
Places: 2, si on n’inclut pas la valise à l’arrière.
Prix: 100 000$
Type de batteries: Lithium-ions

On estime que la durée de vie de la batterie du modèle est de 160 000 km. Bon, je parle souvent de la Roadster, mais il faut bien comprendre que c’est LA Ferrari des voitures électriques. Tous les écotechnos de ce monde sont tombés en admiration devant ce design d’avant-garde. Son style est beau, elle fait l’envie de tous les concessionnaires, elle a une bonne autonomie, une puissance de voiture sports, etc.

Arnold, le Governator, avait déjà dit aux environnementalistes que s’ils voulaient rendre l’environnement populaire, il fallait le rendre plus sexy, plus attrayant. Ce n’est pas en montrant des scientifiques dans leur laboratoire que l’on rend l’environnement attrayant, mais en obtenant les appuis de personnes célèbres ou en lançant des produits verts qui font l’envie de toute personne normalement saine d’esprit. La Tesla Roadster, c’est ça. Une voiture sport en tous points, équipée d’un moteur électrique pour rendre le produit encore plus alléchant.

En plus, il faudrait aussi parler des matériaux. L’armature classique d’une voiture est faite d’acier, alors que celle de la Tesla est faite d’un composite de carbone, qui n’a pas la résistance de l’acier, mais a un poids extrêmement léger. En employant un bon design de voiture, cela permet de rendre l’automobile plus résistante aux impacts qu’une voiture en acier, tout en allégeant le poids, ce qui est un must pour les voitures en général, mais encore plus pour les électriques. Pour voir comment on a conçu avec ce nouveau matériau, vous pouvez voir que l’avant est plus « rond » qu’une voiture sport en acier, ce qui permet de redistribuer la force vers les côtés, qui ont probablement été renforcis.

Les conclusions

Vous aurez probablement remarqué des trucs communs, surtout chez les premiers modèles (la Roadster étant une voiture à part, s’adressant à une classe de gens à part).

Le premier point est qu’aucune de ces 4 voitures n’appartient à une filière d’une compagnie importantes de voitures comme Toyota, Fort, GM, etc. Ces 4 modèles viennent de petits fabricants qui ont de minuscules parts de marché et qui innovent dans un domaine que boudent les plus gros fabricants de voitures: celui de voitures à fonctions limitées; pour les 3 premiers modèles, cela s’adresse à des utilisateurs urbains comme moyen de transport alternatif au transport en commun et à d’autres moyens, par exemple. Pour la Tesla, cela s’adresse à une clientèle plus aisée, friande de voitures sports, mais qui gardent en tête une certaine simili-pensée écologique. On ne cherche pas à créer une voiture qui sert dans toutes les occasions, mais de façon assez médiocre, comme les VUS, ces chars d’assaut suburbains que l’on nous vend via des publicités qui les montrent en train de conduire dans des déserts arides. C’est un peu étrange, car quand vous achetez une voiture, la dernière chose que vous ferez avec, c’est d’aller vous balader dans les dunes du Sahara.

Bien entendu, les gros fabricants ont aussi commencé à sortir leurs modèles de voitures électriques dans les salons de l’auto, mais ils ne cherchent pas le même marché que les plus petits vendeurs de voitures spécialisés. D’ailleurs, ils sont encore bien en arrière de ceux-ci au niveau de l’innovation technologique. L’innovation,  vient surtout de petits producteurs, qui ont soit déjà commercialisé leur voiture ou dont le brevet a été acheté par les Ford et Toyota de ce monde. Une autre preuve que ces gros producteurs n’ont pas l’expertise nécessaire dans leurs groupes pour effectuer des développements adéquats dans le domaine de la voiture électrique.

Le second point est le poids. Pour vous donner une référence, la Toyota Yaris a un poids d’environ 1000 kg. La Honda Civic, l’auto la plus ordinaire du monde, a un poids de 1380 kg. En contrepartie, je parie que 4 types barraqués seraient capables de soulever une ZENN à bout de bras (quelqu’un veut relever le défi?). En plus, les modèles traditionnels n’ont pas de batterie lourde à contenir, comme ces modèles plus haut (la batterie peut faire presque la moitié du poids de certains modèles d’automobiles électriques, ce qui ne laisse plus grand place pour les matériaux!). Dans les modèles économes d’énergie, ce qui est encore plus important avec une voiture électrique, vu la faible autonomie, le poids est un enjeu majeur qui limite la puissance du moteur. Vous vous rappelez probablement de vos cours de physique et de la fameuse formule:

F= m * a (Force = masse x accélération)

Cela veut dire que pour avoir une même accélération, à poids différent, il faut que le moteur fournisse plus d’efforts avec une voiture plus lourde.

D’ailleurs, un petit point important pour les intéressés: le seul facteur qui fait avancer une automobile, c’est la force de friction des pneus effectués sur le sol. Je n’irai pas m’aventurer plus loin (j’ai déjà simplifié pas mal de trucs que des gens ont passé une vie à bâtir…), car je ne suis pas ingénieur mécanique et que je n’ai pas étudié la thermodynamique et la mécanique automobile suffisament…

Pour terminer, si vous avez encore du temps après avoir lu ce texte, je vous suggère de regarder cette conférence, sur « Winning the Oil Endgame », extrêmement intéressante, qui traite de certains sujets abordés ici. On parle d’ailleurs des composites de fibre de carbone, ce nouveau matériau qui pourrait remplacer l’acier dans la structure automobile, ainsi que de l’influence du poids dans la consommation du moteur.

11 réflexions sur “Les voitures électriques: 4 modèles

  1. Excellent billet. Je suis convaincu que ces véhicules pourraient devenir extrêmement populaires dans certains créneaux. Autour de $10,000, je serais personnellement acheteur. Et lorsque vient le temps de recourir à un mode de transport pour les longues distances, tu laisses l’auto chez toi et tu fais autre chose! Ex.: location d’une auto plus conventionelle, autobus, train… Merci encore pour ce compte-rendu, tout y est!

  2. C’est ce pourquoi les plus petites voitures électriques ont été conçues en effet. Mais avec l’arrivée de la fibre de carbone et du potentiel de la pile de céramique, je crois qu’il sera possible de faire de petites voitures avec une autonomie raisonnable, légèrte et capable d’avoir une cotte de sécurité enviable.

    C’est à voir dans quelques années, mais c’est bien que l’on ait déjà des modèles électriques urbains sur le marché. Ça prouve qu’il y a une demande, ça stimule l’intérêt et la recherche pour améliorer encore plus le concept. Pour les voyages, il y a des services comme Commun’Auto qui ont prouvé leur efficacité, ou simplement de louer les voitures, qui peut devenir plus abordable.

    Pour de petites familles, les couples ou les gens tout seul et qui ne quittent pas souvent la ville, ces petites autos deviendront fort intéressantes.

  3. Comme tu peux le voir, j’avais déjà changé ton adresse dans mon agrégateur!

    Encourageant ce texte, vraiment! Une brèche est ouverte, en espérant qu’à l’avenir toute l’industrie suivra.

  4. Pingback: Pour des gros jouets à batteries « Renart L’éveillé / Carnet résistant

  5. Tiens, j’avais pas remarqué, mais tu as raison. Il n’y a pas d’informations sur la ZENN en français… En fait, je consulte habituellement wikipedia en anglais, car dans certains cas, les informations sont plus complètes. Pour ekopedia, ironiquement, les infos sont plus nombreuses en français ^^.

  6. Par pile à céramique, j’imagine que tu parle de la pile à sels fondue? Cette pile n’est pas nouvelle, elle fût inventé par les allemends durant la deuxième guerre mondiale, mais elle fût principalement utilisé dans des contextes militaires, principalement des missiles, car elle requière des températures plutôt cahdues (entre 450 et 700 degrés celsius) mais peut-être qu’ils ont trouvé un moyen d’éviter la surchauffe pour un usage civile, ce qui serait très bien puisque cette pile en présente que des avantages comparé aux modèles de piles actuels.

  7. En fait, ce n’est pas une pile, mais un réservoir à énergie électrique.

    EESU = Electrical Energy Storage Unit

    Ça ne peut pas être une pile, car il n’y a pas de réaction chimique. Mais la méthode de fonctionnement, je ne la connais pas assez et j’essaie de la lire, mais c’est souvent trop nébuleux ou ennuyant…

  8. @Manx,
    Le vrai terme est accumulateur électrique. C’est soit cela, ou une batterie puisque nous pouvons la rechargé. Honnêtement, je ne serais pas surpris que ce soit la batterie à sels fondue. Cela fait quelques années que les scientifiques tentent d’optimiser ce modèle puisque qu’il est efficace et peu couteux. Leur seul problème est vraiment la surchauffe de la batterie, mais il est possible qu’ils aient trouvé un moyen de la maitrisé. Je vais faire mes recherches et vous informerez de mes découvertes.

  9. mec jai ecouter le video, si kelkun dinteligeant kya du pouvoir verrais sa, jcroi bien qu’il changerais ses investisment de place, (Stefan Harper) lolll jsais pas aupire essait denvoyer sa a barak obama xD lol aumoin yer ouvert au id de la popultion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s