Société (archives)/Uncategorized

Il n’y a pas de colonisé!


Bon, aujourd’hui, je me suis dit que j’allais ne plus ravaler cette pillule.

Je suis souverainiste. Je suis fier de ma culture. À la Saint-Jean, je regarde le show, on boit entre chums et on se remémorre le passé de notre nation, à défaut de ne pas pouvoir dire « notre pays » (pour l’instant, car l’indépendance du Québec est inévitable).

Mais ce que je n’aime pas, c’est les gens qui traitent de « colonisés » ceux qui répondent en anglais quand on leur parle en anglais. Bien entendu, vous comprendrez que je figure dans ce groupe de gens qui répondent en anglais. Mais il faut que j’explique quelques petits trucs.

Premièrement: la culture Québécoise se porte bien, merci! On a des médias qui promeuvent nos arts; pour nous, c’est une priorité de premier plan. Montréal fleurit au niveau international, au point que les gens sont tellement fiers de leur ville qu’ils ont été les plus nombreux à voter pour elle comme ville principale du jeu Monopoly Monde. Québec, quant à elle, connaît son année de gloire pour son 400e anniversaire. Les cultures régionales se sont développées depuis longtemps grâce à des produits variés, surtout, et à des habitudes « ben de che nous! » On se rappelle des clichés: des gens d’Alma là-là, du homard de la Gaspésie, du parc du Bic, des pommes (et des cidres, clin d’oeil ^^) de Montérégie, de l’esprit travaillant des Beaucerons, etc. C’est quelque chose qu’on ne perdra jamais.

Et on ne perdra jamais notre français tant que l’on ne le voudra pas. Et je ne vois personne, même parmi les jeunesses libérales, qui veuille que les Québécois en perdent leur langue latine.

Alors, pour moi, parler en anglais à quelqu’un qui me parle anglais, c’est normal. Notre langue et notre culture ne sont pas menacées par « l’ennemi anglophone francophobe ». Ces gens-là ont quitté le Québec depuis longtemps, pour plusieurs avec le coup de pied au derrière qu’ils méritaient de notre part. Pour moi, parler en anglais, c’est normal. Je m’adresse d’abord en français aux gens et, s’ils me parlent en anglais, c’est qu’ils ne sont pas à l’aise avec le français. Si je suis plus à l’aise à parler anglais que cette personne n’est à l’aise à parler français, je n’y vois aucun mal. Qui plus est, je pousse même mon rabaissement en me disant que c’est la bonne chose à faire; ainsi, j’ai l’impression de traiter mon interlocuteur avec égalité.

10 réflexions sur “Il n’y a pas de colonisé!

  1. Ceux que je ne supporte pas sont les francophones qui se parlent en anglais entre eux. Autrement, tu as entièrement raison, pourquoi s’obstiner à ne pas entrer en contact avec nos amis anglophones? Parfois, j’ai beaucoup plus de points en commun avec un canadien-anglais ou un américain qu’avec certains de mes compatriotes!

  2. La question des francophones qui se parlent entre eux en anglais, c’est autre chose, bien entendu ^^. Mais je n’en ai pas vus beaucoup, à part peut-être dans la Petite Italie.

  3. HIer je me suis fait servir dans une boutique de Ville Lasalle par une anglophone qui ne parlait pas français, visiblement. Nous lui avons parlé en français malgré le fait qu’elle semblait comprendre à peine ce que nous disions… Ça me choque, c’est tout.

  4. C’est clair que ça a de quoi choquer! J’étudie à McGill et tout le staff parle français, ainsi que la majorité de mes profs (on a un prof nouveau qui vient d’Alberta et apprend lentement, mais sûrement, ainsi qu’un autre qui approche de la retraite et a vécu toute sa vie sur le campus).

    Mais entendons-nous sur un point: un unilingue anglophone au Québec, c’est plus qu’une espèce menacée. La mentalité anglophone a évolué dans la province, et ils ont non seulement compris, mais surtout accepté le fait qu’ils vivent dans une province francophone.

    Personnellement, j’aurais parlé en anglais avec la donzelle de Lasalle, surtout si elle était jolie ^^. Je me dis que le mieux est quand même de communiquer avec elle. Ne pas parler français au Québec, c’est plus honteux qu’autre chose.

  5. Manx, si on commence tous à répondre en anglais quand on se fait servir dans cette langue dans un commerce, on ne s’aide pas vraiment. Personnellement, je ne comprend pas que je me fasse saluer en anglais quand je vais au magasin Apple et quand ça arrive je répond en français.

  6. Pourquoi devrait-on se priver de services sous prétexte que l’on est francophones? Si une personne n’est pas à l’aise à parler français et que je suis à l’aise à parler anglais, je réponds en anglais. C’est la langue que nous maîtrisons le mieux.

    Dans le cas où les deux personnes ont de la difficulté dans les langues, le français aurait priorité, mais dans le cas contraire, il faut prendre, à mon avis, la langue où les deux personnes sont le plus à l’aise.

  7. Pourquoi une personne qui ne connaît pas le français désirerait-elle l’apprendre si tous les francophones lui parlent anglais?

    Il faut que l’apprentissage du français soit une nécessité, et non pas seulement un luxe….

  8. Exact. Et de ce que j’ai vu en côtoyant des anglophones sur le campus et dans le West Island, ils sont parfaitement d’accord que la maîtrise du français est une nécessité et non un luxe. Il reste des exceptions, mais celles-là ont tendance à quitter le Québec avec l’empressement qu’on leur souhaite ^^.

  9. Pour avoir moi-même cotoyé plusieurs anglophones de Montréal dans le cadre des Expo-Sciences, j’ai pu constater avec joie que la plupart parlaient un excellent français et s’adressaient aux francophones dans cette langue. Seuls un ou deux plus réfractaires se tenaient loin de notre délégation et applaudissaient surtout l’Ontario. Pensez-vous vraiment que ceux-là vont rester dans la province plus tard?

    J’aime bien que les souverainistes réalisent qu’il n’y a pas de colonisés au Québec, sauf les Amérindiens (qui en vivent des vertes et des pas mûres, même s’ils nous le rendent bien parfois). Les Français sont venus en Amérique en tant que colons, tout comme les Britanniques. Et je vous rassure, le débat linguistique est bien vivant au sein du PLQ, et rares sont ceux qui n’ont pas un préjugé favorable pour le français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s