bouffe (archives)/Environnement (archives)/Société (archives)

Le MAPAQ, la listériose et le fromage de lait cru


Au début du mois de septembre, une réunion a eu lieu en Estrie pour remettre une série de prix sur la ruralité à des artisans et des visionnaires qui avaient agi pour leur région. À l’occasion de cette célébration, on a remis le premier prix « Hommage » à M. Jacques Proulx, ancien président de l’UPA-Estrie, qui devint ensuite président de l’UPA du Québec. Jusqu’à mars dernier, M. Proulx était maintenant le président de l’organisme Société rurale du Québec.

Par voie de communiqué, l’honorable M. Jean Charest transmettait ses félicitations, alors que deux députés de la région étaient présents pour souligner l’implication et les services que M. Proulx a rendu au milieu agricole du Québec. La ministre des affaires municipales et des régions, Nathalie Normandeau, et le député de Richmond, étaient présents. Mme Normandeau a d’ailleurs, elle aussi, félicité M. Proulx pour son implication qui a changé l’avenir des régions du Québec.

M. Proulx a d’ailleurs profité de son éditorial pour lancer des roches au Ministère de l’agriculture, des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ).

C’est un peu particulier que M. Charest et Mme Normandeau transmettent leurs félicitations à quelqu’un qui a si directement attaqué un ministère Québécois, mais c’est pour plusieurs raisons. M. Proulx, premièrement, méritait les éloges qui lui étaient destinés, et deuxièmement, le MAPAQ méritait de se faire ramener à sa place pour la gestion de la crise de listériose au Québec.

Suite à l’éclatement de listériose au Québec, le MAPAQ a effectué des tests chez des fromages de lait cru du Québec et a détecté des traces de la bactérie listeria dans 16 usines et commerces. Suite à cela, des inspecteurs ont effectué des « descentes » dans plusieurs fromageries et magasins spécialisés, en pleine fin de semaine (moment où les gens font des achats de fromage). En fait, 300 installations au Québec ont reçu la visite d’inspecteurs en une fin de semaine. De grandes quantités de fromage ont été saisies pour être ensuite passées à l’eau de javel, histoire de les « désinfecter » et de s’assurer qu’aucun test à la listeria ne puisse jamais être validé sur ces meules de fromage. En agissant rapidement, le MAPAQ est persuadé que cette action aura sauvé des vies.

Le problème n’est pas dans la justification de l’action du MAPAQ. Selon moi, quand 16 installations montrent un certain niveau de bactérie listéria, c’est une source d’inquiétude justifiable. Les fromages du Québec auraient été, selon les évaluations, la cause de 9 cas de listériose (dont un décès) dans la province au cour de cette année. L’âge moyen des personnes touchées est de 79,4 ans. 9 cas, ce n’est pas beaucoup, mais il est vrai que cela nécessite des mesures. Habituellement, ce serait des mesures légales qui visent à accroître les conditions de salubrité dans les installations des fromageries, ainsi qu’une multiplication des contrôles au cour des années à suivre. Dans ce cas-ci, on a plutôt choisi de rappeler les fromages et d’agir par après dans ce sens. Le problème est que cela a porté un dur coup à la réputation des artisans-fromagers du Québec, qui travaillent dur depuis 15 ans et qui commencent à peine à obtenir une réputation internationale au niveau de la qualité de leur produit. Une action aussi musclée de la part du MAPAQ vient leur donner un coup assez dur, en plus de les priver des revenus de la vente de ces fromages. Pour certains commerçants, les pertes se sont élevées jusqu’à 16,000$, mais ce sont des cas exceptionnels. Le problème n’est pas d’avoir agi pour prévenir des cas de listériose, mais d’avoir agi de façon trop forte, au point où ces actions portent atteinte à une industrie fragile qui commence à peine à gagner ses titres de noblesse au Québec.

Jacques Proulx a été encore plus indicatif que moi. Il a fustigé les « hystériques du MAPAQ » et leur incombe la responsabilité de fermetures à venir dans l’industrie du fromage Québécois. Sous le couvert de bonnes intentions, le MAPAQ a vraiment donné un coup de poing dans le ventre à un domaine (les fromages de lait cru) qui a d’ailleurs du se battre contre le Ministère de l’agriculture pour être reconnu.

En attendant, moi je continue à m’acheter des fromages du Québec. Je ne suis pas un grand connaisseur, mais je sais que j’aime ça et j’ai confiance en leurs conditions de salubrité… surtout si on les compare aux fromages français… Leurs conditions sont, dans plusieurs cas, bien pires que les nôtres, mais je ne crois pas que l’on verrait des inspecteurs entrer dans un commerce et saisir des fromages pour un rappel. Si c’était le cas, ce serait les clients qui les sortiraient à coups de pied au derrière!

Publicités

Une réflexion sur “Le MAPAQ, la listériose et le fromage de lait cru

  1. Pingback: Yves Carignan - Blogue en Plan » Archive du blogue » La Grippe porcine: le côté fou et laid d’une hystérie collective

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s