bouffe (archives)/Environnement (archives)/WTF? (archives)

Les serres à l’eau de mer


J’aime bien les serres. En fait, c’est une des choses qui m’intéressait quand je suis entré en génie des bioressources. Une serre, c’est un environnement contrôlé qui permet de favoriser la croissance des plantes à l’année longue. En général, on contrôle la température, les pestes, l’humidité, la luminosité, mais aussi le niveau de dioxyde de carbone. En vérité, la majorité des serres opèrent à 1000 ppm (particules par million) de CO2, car ce gaz effectue un stress sur la plante et la pousse à grandir plus vite. La quantité moyenne de gaz carbonique dans l’atmosphère est d’environ 380 ppm. Les serres étaient aussi un signe de pouvoir royal, auparavant. Au XIXe siècle, les grands aristocrates Européens entretenaient des serres où ils faisaient pousser, notamment, des orangers.

Aujourd’hui, j’ai lu un petit article extrêmement bien documenté sur les serres fonctionnant avec les eaux salines dans les pays plus chauds et qui ont de la difficulté à gérer la demande en eau et la demande en nourriture. Comme dans certains pays, l’agriculture représente 90% des besoins en eaux de la région, plusieurs pays tentent de trouver des moyens de répondre à ces deux besoins vitaux qui risquent d’entrer éventuellement en conflit l’un avec l’autre. Rendu au moment où il faudra choisir entre se nourir et s’abreuver, ce ne sera pas l’argent qui viendra les aider, mais la création d’un plan de gestion efficace et l’ingénérie de solutions simples et fonctionnelles.  L’initiative des serres d’eau salines est proposée en partie par le Sahara Forest Project, qui a pour but de fournir de l’eau, de la nourriture et des énergies renouvelables dans les régions arides du monde.

En principe, cette serre est utilisée pour les régions humides qui possèdent une ressource en eau qui n’est pas potable (habituellement parce qu’elle est trop salée). Un évaporateur, installé sur toute la façade d’un mur, capte l’eau sous forme gazeuse qui est contenue dans l’air ambiant. Un condensateur concentre cette vapeur d’eau dans l’air afin d’en augmenter l’humidité relative et de la refroidir. L’air circule ensuite dans une serre. Une plus grande humidité relative permet aux plantes d’absorber de l’eau et diminue aussi l’évapotranspiration des plantes. Elles ont donc besoin de moins d’eau. Selon les expériences passées et pour des conditions similaires, des plantes demandant 8L d’eau par jour par mètre carré à l’extérieur en demandaient 1.2L par jour par mètre carré à l’intérieur de la serre. Le système collecte aussi l’eau dans l’air à la sortie, afin de la convertir en une ressource qui peut être ensuite utilisée pour irriguer la serre. Il faut noter que l’eau salée ne peut habituellement pas être utilisée en agriculture, car elle injecte des nutriments dans les sols qui peuvent, à long terme, le contaminer.

Ce genre de serres est très intéressant, à mon avis, mais il possède quelques petits moins. Une serre, à la base, est composée de matériaux ayant une bonne valeur. Il faut donc qu’elle soit installée de façon solide, afin de prévenir contre les vols. Losque l’on construit un système d’irrigation de surface dans les pays du Tiers-Monde, on suggère aux ingénieurs de faire nos trappes avec une forme ronde et en béton. Pourquoi? Parce que le béton est un matériau lourd et que les gens qui se servent du système ne le voleront pas. Le fait que la trappe soit ronde rend encore plus inutile à leurs yeux de posséder ladite trappe. Dans le passé, l’ONU a aussi remarqué que les piquets d’aluminium des tentes qu’elles offraient en aide humanitaire se faisaient voler. C’est pour cette raison que l’ONU avait demandé à l’architecte Shigeru Ban de créer des logements pour sans-abris avec une structure en carton. Le genre de système proposé de serres d’eau de mer (ou Seawater greenhouse) devra donc être implanté dans des régions qui comprennent bien l’importance des matériaux utilisés, et malheureusement, je doute que l’on voit de telles constructions se faire dans des régions en voie de développement d’ici peu. Par contre, cette initiative peut contribuer à plusieurs pays dans des climats plus arides et les aider à répondre à leurs besoins alimentaires de façon plus durable.

Si vous êtes intéressés, le site du Seawater Greenhouse est très intéressant. Leurs références comprennent quelques petits principes de base de biothermodynamique ainsi que d’agriculture et d’irrigation. Malgré tout, les explications sont faciles à comprendre pour toute personne qui comprend l’anglais.

http://www.seawatergreenhouse.com/index.htm

Une réflexion sur “Les serres à l’eau de mer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s