Environnement (archives)/Société (archives)

Alternatives, pas au Canada


Selon les informations obtenues par le National Post, Alternatives sera la seconde ONG à voir son financement coupé par le gouvernement fédéral Canadien et la ministre Bev Oda, qui a été fort joyeuse de nous annoncer cette semaine que son gouvernement n’aimait pas que l’on utilise de l’argent Canadien dans des ONG de développement international comme Kairos. En ce moment, Alternatives attend encore un financement de 2,7 millions  de dollars (elle doit obtenir 25% de ce montant de sources indépendantes) pour des projets internationaux, qu’elle semble ne pas s’attendre à recevoir.

L’histoire m’a confus. J’ai travaillé bénévolement pendant un court moment pour un projet financé par Alternatives et j’ai écrit un article ici, sur mon blogue, à ce sujet. J’ai interviewé un membre d’Alternatives au sujet du projet « Des jardins sur les toits », les ai assistés dans leurs projets et ai aidé à monter, en compagnie d’un des membres de leur conseil d’administration, un jardin à l’UQAM il y a 2 ans. Pas une seule fois, on n’a parlé de politique, et en fait, je n’aurais jamais cru que l’on viendrait dire que de planter de la nourriture sur les toits de McGill et de l’UQAM représentait un appui au Hezbollah et au Hamas.

Alternatives se défend actuellement sur son site web et son magazine, suite à cette annonce. Les 2,7 millions en attente sont placés dans des plans bien précis et seront investis dans des causes supervisées par leur groupe:

appuyer des groupes sociaux en Irak, en Haïti, en République démocratique du Congo, en Afghanistan et en Amérique Centrale. Les thématiques abordées sont la lutte au changements climatiques (Haïti), les droits des femmes et des minorités (Irak), l’accès à l’information (RDCongo), le développement rural (Afghanistan) et les droits des travailleurs et travailleuses […]

Je sais aussi qu’Alternatives est très axée sur l’implication étudiante à l’internationale, et que plusieurs étudiants paient de leur poche pour avoir des stages dans ces projets qui les intéressent. Mais il semble que l’approche d’Alternatives, qui est d’utiliser ses moyens pour favoriser le développement de valeurs sociales à l’échelle locale et internationale, ne soit plus l’objectif du gouvernement Canadien.

En attendant, Kairos a reçu une lettre de rejet de financement le 30 novembre dernier pour un programme d’une valeur de 9 millions de dollars (7 millions étaient requis par le gouvernement fédéral). Kairos effectue ce type de demandes depuis 35 ans, possède une bonne réputation, et prétend que son dossier était bien monté. De son côté, l’organisme gouvernemental en charge du financement lui a poliment renvoyé une lettre de refus de financement, sans justification aucune. Une lettre de refus sans justification, ce n’est pas quelque chose de normal quand une ONG fait des demandes de financement depuis 35 ans auprès de votre gouvernement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s