Environnement (archives)/WTF? (archives)

Tuvalu et les Maldives: la mort des nations


Mohammed Nasheed, un ancien prisonnier politique et maintenant président élu des Maldives, a un plan qui semble inhabituel: actuellement, son gouvernement achète des territoires dans d’autres pays, au cas où il devrait évacuer la population de son pays. Les îles des Maldives, dans l’Océan Indien, sont en moyenne à environ 1.5m au-dessus du niveau de la mer, sont susceptibles aux montées des eaux, et craignent la hausse du niveau de l’eau. Le point le plus élevé sur l’île est à 2.7m au-dessus du niveau de la mer. Afin de vous donner une bonne idée, le niveau du Saint-Laurent varie et la station de Varennes enregistre une variation moyenne de 1.64m du niveau de notre fleuve.

Une île touristique des Maldives... avec la plage sous le niveau de la mer

Pour pallier à ce problème, les Maldives ont pris des actions pour réduire leurs émissions de carbone et sont aussi en train de monter des plans d’évacuation. Sur l’argent taxé auprès des touristes, une partie de ce montant est utilisée pour acheter des terres ailleurs, en cas de besoin de relocalisation.

Une des îles de Tuvalu. On peut voir que le niveau de l'eau est légèrement supérieur à la moyenne, vu le sol brunâtre au centre qui est sous le niveau de l'eau.

Les Maldives ne sont pas les seuls à prévoir la « mort » de leur pays comme une possibilité; l’île de Tuvalu, le 4e plus petit pays du monde, cette fois dans le Pacifique (entre l’Australie et Hawaï) a aussi prévu un scénario-catastrophe. Après plusieurs problèmes politiques, l’île de Tuvalu a su prévoir qu’en cas de nécessité d’évacuation, certains réfugiés climatiques pourraient obtenir l’asile politique en Nouvelle-Zélande et en Australie, entre autres. En 2008, le pays négociait encore avec l’Australie.

L’île de Tuvalu a fait parler d’elle à Copenhague, si bien que l’on a parlé de leurs positions à l’international. En effet, Tuvalu a proposé de donner des mesures restrictives sur les pays développés pour qu’ils réduisent leurs émissions de GES. Le gouvernement de l’île a refusé d’appuyer l’accord de Copenhague, qui ne plaçait pas de cible restrictive.

Plusieurs gens commencent à se concentrer sur les cas des îles de Tuvalu et des Maldives, car même si le sérieux des allégations du GIEC sont constamment critiquées, le risque que ces îles ont est trop élevé pour ne pas prendre de précautions. C’est un peu effrayant d’y penser comme cela, mais il se pourrait que dans les décénies à venir, l’ONU perdre 2 membres.

Publicités

9 réflexions sur “Tuvalu et les Maldives: la mort des nations

  1. L’avenir de ce pays fait face à de grands risques. Vas savoir ce qui vas arriver!
    Il aurait été curieux de voir leur ancien dirigeant (malheureusement qui n’a pas été réélu) poursuivre les états-Unis pour leur trop grande production de GES. Ce phénomène aurait suscité beaucoup d’intéret médiatique.

  2. Le climat et le niveau des océans change constamment depuis des centaines de millions d’années. C’est ridicule de penser que tout ça est fixe et ne change jamais. Et il n’y a toujours aucune preuve que l’activité humaines aie un quelconque lien avec un supposé réchauffement, qui n’est toujours pas prouvé lui non plus. Certaines études semble même montrer un REFROIDISSEMENT depuis 1995.
    J’y ai cru moi aussi à ces scénarios catastrophes, mais en se renseignant un peu, on voit bien que c’est de la poudre aux yeux, surtout depuis le Climategate et les autres scandales qui ont suivit.

  3. Il semblerait que ce soit assez sérieux pour que des îles craignent d’être engloutties et que, lorsqu’elles ont de l’argent, elles investissent dans un plan d’évacuation en achetant des territoires ailleurs. Pour eux, le risque que le changement climatique anthropogénique entraînerait des conséquences trop graves pour que la population ne prenne aucune position à ce sujet.

    Les Maldives se foutent bien que le climat et le niveau des océans change constamment; ils ne veulent juste pas couler et ils voient dans la possibilité d’un changement climatique une menace réelle pour leur survie.

  4. Ce que je dis, c’est que les écolo-religieux ont tellement exagéré le message et présenté comme une vérité absolue (alors que ce n’est pas le cas), que ça fait paniquer des gens pour rien, et quelquefois dépenser des millions, voire des milliards dans des solutions qui sont quelquefois présentée par ceux-là mêmes qui propagent le message (ex: Al Gore).

    Quand au climat, il va toujours changer, il n’y a que 1000 ans, les vikings plantaient de la vigne au Groenland, alors qu’aujourd’hui c’est couvert de glace. Il n’y a que quelques centaines d’années, c’était une petite ère glaciaire. L’humain va s’adapter, tout comme les autres espèces.

  5. Les commentaires que tu écris sur les photos me semblent faux.
    Sur la premier, tu dis que la plage est sur le niveau de la mer. Je ne crois pas que ca soit le cas, ce qu’on y voit est typique de la plupart des iles tropicales. Et pour la 2e, c’est simplement le côté rocheux de l’ile, alors que l’autre côté est plus sablonneux.

  6. Y a-t-il un géologue ou un géographe dans la salle?

    Protégé par leur récif corallien, le  »litttoral » (ce n’est pas le bon terme puisqu’il s’agit d’îles, mais ça fera) est souvent sous le niveau de la mer, les lagons étant eux-même souvent immergés. Quand à la composition-même des iles, il s’agit de calcaire, généralement plutôt gris, mais il y a des exceptions, lequel se colore évidemment par des dépôts, ici, le sol délicat et fragile des Maldives.

    On pourrait donc, supposer, a priori, que sur la photo 2, que le niveau de l’eau semble plus élevé que ce qu’il présente généralement, mais ça ne veut rien dire et Manx se garde d’en tirer des conclusions, je crois que les commentaires visaient simplement à nous exposer la fragilité de ces îles, tout simplement.

  7. Sur mes photos, je ne fais qu’une évaluation visuelle du type de sol. Si tu regardes jusqu’où se déposent les sédiments (d’apparence sablonneux) dans la photo #1, on peut conclure très facilement qu’une partie importante du sol érodé par l’île est submergé. Tu remarqueras aussi, si tu la regardes attentivement, qu’il y a des digues et des structures de rétention autour de l’île. Ça forme une sorte de pointillé.

    Dans la photo #2, on voit aussi le sol errodé. C’est vrai que je ne m’y connais pas beaucoup dans le fonctionnement des îles tropicales (quoique je m’y connaisse en eau et en sols), mais la partie errodée du sol est tout de même en grande partie submergée. Je montre les photos plus parce qu’elles sont jolies et je ne les utilise pas dans mon texte. Ce que j’aime bien dans la photo 2 est qu’il y a deux sols.

    Mais bon, comme tu vois dans l’article, je n’utilise pas les photos comme références, même si je commente un peu sur leur apparence. Je trouve simplement qu’elles sont jolies.

  8. Jolies? Ce sont des joyaux!

    J’ai passé une heure à m’informer et à en chercher d’autres. Sans ton article, je serais ignorant sur le sort de ces iles. C’est garanti que je vais un jour faire une recherche plus approfondie sur les Maldives. As-tu déjà écrit sur les mangroves?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s