Société

Retour d’élections 2011


Holà, on s’est bien amusés durant la campagne. Le taux de vote a connu une légère hausse au Québec et en Ontario, allant autour de 62%.

Le Québec répond: « Pas ma faute! »

On ne parlera pas des conservateurs au Québec parce qu’il n’y a pas de conservateurs au Québec. Avec moins de 20% des votes, on peut dire qu’ils sont inexistants. C’est étrange, puisque les Conservateurs ont obtenu une majorité. Les appuis dans le reste du Canada et les gains en Ontario leur ont permis de faire fi de notre désintérêt.

Les Québécois ont fait un pari; ils viennent de dire aux Canadiens que si on s’aperçoit que les conservateurs, ce ne sera pas de leur faute. Après avoir élu un parti qui ne répond pas à toutes les questions, qui s’entoure de Yes Men, dont l’adjoint aux communications du premier ministre est sous enquête pour avoir été impliqué dans des nominations partisannes au port de Montréal avec Tony Accurso et dont la ministre en charge du développement international (ou son entourage) modifie des documents déjà signés par la présidente de l’ACDI, on peut dire que le Québec a choisi de ne pas voter pour le PCC.

Malgré tout, j’estime que le PCC n’a pas commis ces actes comme une corruption institutionnalisée. On peut pointer du doigt assez facilement quels membres conservateurs ne méritent pas d’être au parlement. C’est pour cela que je suis si surpris de voir Bev Oda réélue, alors qu’elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour ne pas le mériter..

La vague orange

On se réveillait avec un paysage bleu bloquiste au Québec, et soudainement on s’est ramassés avec un paysage orange-NPD. C’était impressionnant. Le NPD a même percé dans des comtés où il aurait été impossible pour le Bloc de se ré-implanter, comme dans la ville de Québec et dans le West Island. C’est un mouvement généralisé de l’électorat qui fut assez clair.

Mais ça m’étonne que même Gilles Duceppe n’ait pas été élu. J’ai été très très embarassé de voir ça. Des caractères de sa trempe méritent leur place. Personnellement, je crois qu’il mérite une pause; ce n’est pas facile de se remettre d’une défaite. Mais j’aimerais vraiment le voir arriver dans un cabinet de ministres péquiste. Duceppe a de l’expérience, un franc-parler et abuse du droit à la dissidence du PQ.

Le débat des chefs a été un point tournant de l’élection. Mais si on cherchait à se demander quel fut le point tournant qui a influencé le vote du Québec vers le NPD, ce serait dur à trouver.

Un message au PQ

Si mes amis péquistes n’ont pas compris le message, je ne sais pas ce qui le fera. Les péquistes ont mis de l’avant, après leur congrès (qui a eu lieu en période électorale malgré eux) plusieurs points sur l’application de la loi 101 dans les cégeps, ainsi que le rappatriement de pouvoirs fédéraux. En arrière-plan, ils ont pris des positions audacieuses  sur la transparence. Les résultats prouvent que leur message n’a vraiment pas passé.

J’aurais personnellement préféré qu’ils nous présentent des positions sur les limites dans les dons aux partis, comme Bernard Drainville l’a proposé. Qu’on nous parle d’environnement et d’économie un peu plus. À cause de ce qui a été mis de l’avant, on a eu l’impression que le PQ était déconnecté des enjeux des Québécois. Certainement, ça ne nous donne pas envie de voter Bloc par après.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s