Environnement

Kyoto sans le Canada: les faits


Le Canada a fait savoir cette semaine qu’il allait se retirer du protocole de Kyoto. Tel que je l’avais mentionné, c’était devenu un secret de polichinelle. Des rumeurs planaient depuis quelques semaines et n’étaient pas démenties par le ministre de l’environnement, Peter Kent. Et ne pas nier que l’on va se retirer d’un traité international, c’est comme dire au monde entier qu’on va le faire.

Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le Parti Conservateur a choisi de vous mentir pour justifier son retrait. Voici les mensonges.

Cela va coûter 14 milliards

En fait, j’estime qu’on peut s’en sortir pour moins de 2.5 milliards. Pour que Peter Kent ait raison, il faudrait que l’on achète nos émissions à 80$/t de CO2, soit environ 8 fois le prix du marché Européen!

D’abord, Peter Kent oublie de vous mentionner que la bourse du carbone est à un prix très avantageux. Le prix du carbone est à 7.13 €/t de CO2 à la bourse EEX, en Allemagne. Le Canada émettait, en 2008, près de 734 millions de tonnes. L’objectif de Kyoto était de réduire de 5.2% les émissions par rapport à 1990 (où l’on émettait 592 millions de tonnes). Il fallait donc atteindre 561 millions de tonnes. Si on achète 173 millions de tonnes sur le marché au prix de 9 €/t – 12.15 $CAN/t (on va faire gonfler les prix un peu, juste pour l’exercice), cela coûterait 2.1 milliards de dollars Canadiens.

À vue d’oeil, je dirais donc que le Canada peut aisément négocier avec les autres pays en admettant qu’il ne respecte pas ses engagements de Kyoto et qu’il fera amende honorable en investissant 2.5 milliards de dollars dans les pays les plus affectés par les changements climatiques (l’Afrique sub-saharienne offre un éventail de pays qui en auront besoin). Tout ce qu’il faut, c’est présenter un plan sérieux dans l’avenir et être prêt à remettre l’épaule à la roue. En plus, ça nous permettrait de s’approcher de l’objectif d’investir 0,7% du PIB en développement international.

C’est de la faute aux Libéraux

Kyoto a été signé en 1997. Les conservateurs auront été au pouvoir pendant 6 ans en 2012 et les Libéraux 9 ans.

Rendus là, les conservateurs n’ont pas d’excuses. Les partis de l’opposition ont même encouragé le gouvernement du Canada à avoir une vision pour Kyoto dans le passé, ce que les Conservateurs ont toujours ignoré. Stéphane Dion s’est présenté à la conférence de Montréal en 2005 avec des projets qui auraient ramené le Canada sur la bonne voie, mais ils ont perdu leurs élections.

Au niveau de la politique internationale, personne n’est dupe; si les engagements de Kyoto ne sont pas respectés par le Canada, les Libéraux ont une faute à partager, mais à la fin, ils avaient un plan. Les Conservateurs n’ont jamais eu et n’ont toujours pas de plan solide.

L’engagement était irréaliste

Plusieurs pays ont réussi leurs engagements de Kyoto (malheureusement pour eux, en partie à cause de la récession). Le Canada a augmenté ses émissions d’environ 30% au lieu de les réduire de 5,2%.

L’Allemagne a réalisé ses cibles (avec un objectif de réduction de 20% par rapport à 1990) tout en demeurant l’économie la plus forte d’Europe. La France et l’Angleterre ont aussi atteint leurs objectifs. L’économie du Canada peut très bien se comparer à des puissances comme celles-là.

Il faut aussi savoir que ces pays sont de grands émetteurs de gaz à effet de serre. C’est donc injuste de dire que les plus grands pollueurs ne font pas partie du protocole.

Les principaux pollueurs (dont la Chine et l’Inde) ne sont pas dans le protocole

Per capita, la Chine est environ le 70e plus grand émetteur. L’Inde est 120e. Ces pays ne sont pas entièrement électrifiés. Le Canada était 8e en 2005. Peter Kent a raison de dire que les plus grands pollueurs ne sont pas signataires du protocole de Kyoto. Un des 10 plus grands émetteurs de GES au monde vient d’ailleurs de s’en retirer cette semaine.

C’est sur que quand ces pays représentent 1/7 de la population mondiale chacun, ce sont de grands pollueurs. Per capita, la Chine (72e) est un émetteur moins important que l’Ouzbékistan (59e), de dangereux pollueurs! L’Inde (120e), quant à elle, arrive après le Sénégal (119e). Le Canada est le 8e pays émettant le plus de CO2 par personne (en partie à cause des sables bitumineux, en partie à cause du chauffage). On émet 900 kg de CO2 de moins qu’un Américain moyen.

Kyoto est un frein au développement de pistes de solution

Ban-Ki Moon, secrétaire général de l’ONU, a rappelé à Durban l’importance de l’engagement du protocole et de le poursuivre dans l’avenir. Des pays qui n’ont même pas signé le protocole, comme la Chine, se désolent d’ailleurs de l’action du Canada.

Au final, vous pouvez être contre Kyoto. C’est correct; je ne suis pas d’accord avec la totalité du protocole non plus. Mais on a signé un engagement et on s’en défile pour une somme minime.

2.5 milliards, c’est le montant que vaut la parole du Canada sur les traités internationaux qu’il ratifie. Je vous avoue une chose: je me sens petit dans mes souliers en ce moment.

5 réflexions sur “Kyoto sans le Canada: les faits

  1. En réalité le protocole de Kyoto exige que la Canada maintienne une MOYENNE de 558 Mt par année entre 2008 et 2012. Or en 5 ans il aura dépassé de plus de 700 Mt. Même à 10$ par tonne ça fait 7 milliards de $. Minimum. Le journal Le Devoir estime plutôt la pénalité à 19 milliards: http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/337575/la-dette-climatique-du-canada-19-milliards. Et 19 G$, c’est 500$ par Canadien, 2000$ d’argent après impôt par famille de 2 adultes et 2 enfants qui sortent du pays sans aucune compensation. C’est quand même un bon montant.

    Le cas de l’Allemagne est semblable à celui de l’Ukraine ou de la Russie. Ils ont baissé leurs émissions AVANT que le protocole de Kyoto n’existe. C’est l’occidentalisation de l’ex bloc de l’est qui est le principal responsable de cette baisse. Ils ont remplacé leur charbon de mauvaise qualité par des sources d’énergie moins polluantes pour des raisons purement économiques.

    L’Ukraine est le cas le plus spectaculaire. Ses émissions ont été réduites de près de 60% entre 1990 (933 283 Mt) et 2000 (400 394 Mt). Ils sont entrés dans Kyoto avec une cible de … 0% par rapport à 1990. Ils avaient donc le droit de passer de 430 Gt à 933 Gt (oui, plus que doubler) leurs émissions de GES entre la signature en 2004 et la période d’échéance (2008-2012). Devine quoi: ils ont réussi…

    L’Allemagne émettait 1248 Gt de GES en 1990 mais seulement 1042 Gt en 2000. Une baisse de 17% en 10 ans avant de signer Kyoto. À partir de la signature (en 2002) il ne restait que 4% à atteindre. Ils ont le mérite de l’avoir fait, tant mieux, mais ce n’était pas aussi difficile que ce que la Canada avait comme objectif: une réduction de 25% en 6 ans après la signature. Nous avons échoué. C’est dommage. Mais quand la cible est irréaliste doit-on blâmer celui qui abandonne sans essayer?

    Pour moi le problème date de 2002. C’est la signature du Canada qui était impossible à respecter. Y a-t-il un seul pays sur la planète qui a réduit de 15% ses émissions de GES entre sa signature de Kyoto et 2008? Non. Mais le Canada devait atteindre 25%. Si personne n’arrive à atteindre 15% alors je considère que 25% est irréaliste.

  2. « En réalité le protocole de Kyoto exige que la Canada maintienne une MOYENNE de 558 Mt par année entre 2008 et 2012 »

    Je t’invite à relire le protocole, parce que ce que tu dis est du à une mauvaise interprétation très simple. Le protocole a pour objectif que l’on réduise de 6% (objectif du Canada) nos émissions pendant un an et que cet objectif soit atteint quelque part entre 2008 et 2012. Ces dates sont mises parce que l’objectif est de réduire les GES tout en s’assurant de ne pas être un frein à la croissance économique des nations (ce qui est souligné dans le protocole). Contrairement à ce que l’article du devoir dit, ce n’est donc pas le total des émissions moyennes de 2008 à 2012, mais un chiffre à atteindre quelque part entre ces années.

    D’ailleurs, l’achat de crédits carbone sur la bourse pour encourager les pays qui ont réussi plus facilement à réduire leurs émissions est une méthode considérée appropriée par le protocole. Le Brésil a même négocié une entente selon laquelle le maintien de la forêt amazonienne est considéré comme une séquestration du carbone, plutôt qu’un puit de carbone déjà existant.

    « Le cas de l’Allemagne est semblable à celui de l’Ukraine ou de la Russie. Ils ont baissé leurs émissions AVANT que le protocole de Kyoto n’existe. »

    D’où la raison pour laquelle quand l’Allemagne a pris son engagement, elle a eu pour objectif de réduire ses émissions de GES de 20% par rapport à ’90. L’Allemagne a été loin dans ses méthodes énergétiques; ce sont maintenant des leaders en éolien, en efficacité énergétique et en bioénergie. Elle n’a pas atteint ses objectifs parce qu’elle était plus polluante, contrairement à ce que tu dis, mais parce qu’elle a été plus loin technologiquement pour respecter les valeurs du protocole en développement économique plus respectueux de l’environnement.

    « Pour moi le problème date de 2002. C’est la signature du Canada qui était impossible à respecter. »

    Le Québec et l’Ontario respectent la signature Canadienne. Ce n’est donc pas impossible.

    Pour ce qui a trait du blâme, je pense que tu as démontré clairement le blâme partagé du PLC et du Parti Conservateur au niveau du leadership national. Le seul gouvernement qui a vraiment eu un plan en environnement était, comme je l’ai dit, celui de Paul Martin.

  3. « Le protocole a pour objectif que l’on réduise de 6% (objectif du Canada) nos émissions pendant un an et que cet objectif soit atteint quelque part entre 2008 et 2012. »

    Tu as peut-être raison mais ce n’est pas ce que j’ai compris. Lorsqu’on lit le paragraphe 7 de l’article 3 (http://unfccc.int/resource/docs/convkp/kpfrench.pdf) ça me donne l’impression que c’est bel et bien une moyenne. Si tu peux me donner une référence qui interprète les choses différemment tu me rendrais service.

    Si tu as raison alors le coût pour respecter Kyoto est encore plus faible que celui que tu as calculé: il suffit de prendre 2009 comme année de respect de Kyoto. Avec 690 Mt on n’a plus qu’à acheter 130 Mt pour un coût approximatif de 1,5 milliard.

    « D’ailleurs, l’achat de crédits carbone sur la bourse pour encourager les pays qui ont réussi plus facilement à réduire leurs émissions est une méthode considérée appropriée par le protocole. »

    Je suis 100% d’accord avec cette façon de faire qui encourage l’efficacité. Aucune réserve.

    « Le seul gouvernement qui a vraiment eu un plan en environnement était, comme je l’ai dit, celui de Paul Martin. »

    Encore là je suis plutôt d’accord. Stéphane Dion n’a jamais formé de gouvernement il est donc éliminé. La réduction sous Harper est purement conjoncturelle, elle est due à la récession et non à une politique environnementale. Il ne reste plus beaucoup de compétition pour dire que Martin a été le moins pire.

  4. Mmh… Je vois pourquoi ça portait à confusion. Le texte que tu as est le même que j’ai lu il y a 2-3 ans (le mien était en anglais), mais effectivement, la façon dont la phrase est écrite laisse place à interprétation. En me fiant au wiki (pourtant très controversé), il semblerait que l’objectif soit effectivement d’atteindre une cible nette de réductions de 5.2% (en moyenne, 6% pour le Canada) d’ici 2012 pendant 1 an.

    J’ai regardé la phrase dans le protocole anglais et il n’est pas plus clair que la référence que tu as donné. Par contre, mon expérience dans le domaine environnemental en général me laisse croire que la définition acceptée est d’avoir au moins une année, entre 2008 et 2012, qui a atteint l’objectif de réductions d’émissions.

    Les mots employés dans le protocole sont, par contre, très intéressants…

    « Si tu as raison alors le coût pour respecter Kyoto est encore plus faible que celui que tu as calculé: il suffit de prendre 2009 comme année de respect de Kyoto. Avec 690 Mt on n’a plus qu’à acheter 130 Mt pour un coût approximatif de 1,5 milliard. »

    Ce serait un peu méchant d’acheter des crédits rétroactifs en 2012 pour ajouter ce carbone séquestré à l’année 2009, mais ça réduirait le coût. J’ai été pessimiste dans mes estimations parce que c’est clair que si le Canada venait à acheter 150 Mt de CO2 sur le marché, ça augmenterait nécessairement le prix. Mais on s’entend que l’on ne parle clairement pas d’un chiffre qui puisse dépasser le 2,5 milliards.

    « Je suis 100% d’accord avec cette façon de faire qui encourage l’efficacité. Aucune réserve. »

    Et vu notre grosse base de terres, le Canada a un bon potentiel pour devenir un excellent puits de carbone. Ça dépend du genre de technologies qui pourraient se développer dans l’avenir. J’ai vu des méthodes très bizarres pour séquestrer du carbone avec lesquelles je ne suis pas d’accord (une des propositions les plus efficaces serait de couper des forêts, les resemer et déposer le bois coupé dans le fond des rivières avoisinantes – ça marche bien, mais c’est un gaspillage de beau bois).

    « Encore là je suis plutôt d’accord. Stéphane Dion n’a jamais formé de gouvernement il est donc éliminé. La réduction sous Harper est purement conjoncturelle, elle est due à la récession et non à une politique environnementale. Il ne reste plus beaucoup de compétition pour dire que Martin a été le moins pire. »

    Si n’importe qui d’autre que Stéphane Dion avait présenté le plan qu’il a élaboré, avec les appuis d’autant d’économistes, j’aurais voté pour lui. C’est vraiment dommage, mais il n’a pas de charisme et a eu un passé lourd avec sa loi sur la clarté. Pourtant, c’est le type qui, à mon avis, a fait le plus d’efforts pour faire de la politique autrement.

    Je ne pense pas qu’un gouvernement de Stéphane Dion aurait réussi l’engagement de Kyoto, mais je pense qu’on serait bien plus proches et que l’on aurait pu trouver un compromis honorable pour le Canada. Là, peu importe ce que dit Peter Kent, on brise notre engagement avec une mine bien basse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s