Société

Pauline Marois n’est pas la rue


Le message martelé par Jean Charest, mais qui pour l’instant échoue, est de démontrer que le Parti Québécois est le parti de la rue. Que le PQ, c’est le parti des étudiants (ce sur quoi j’ai certains doutes – les étudiants, comme le reste du monde, ont le droit de voter pour qui ils veulent aux dernières nouvelles). Mais quand j’entends ça, j’ai de la difficulté à y porter beaucoup de confiance.

Affilier le PQ à la rue, c’est vraiment marrant, parce que si l’on regarde la proposition de la CAQ, on propose un dégel assez sévère des frais de scolarité (1000$ en 5 ans – lors de sa fondation, la CAQ proposait un dégel majeur et une différenciation des frais de scolarité). Les 3 syndicats étudiants ont dit que leurs étudiants n’accepteraient probablement pas une telle offre, d’entrée de jeu. Du côté du PLQ, on propose une mesure encore moins populaire. Après une douzaine de semaines de grève (environ 4 durant lesquelles le gouvernement a accepté de négocier), l’offre gouvernementale est passée d’une hausse de 325$/an à une hausse de 324,80$/an pendant 5 ans, pour un total de 1624$ (une augmentation de 75% pour l’équité générationnelle). S’il y a une chose de certaine, c’est que peu d’étudiants en grève voteront PLQ (mais il va y en avoir, ne vous inquiétez pas).

Ce qu’il faut retenir, c’est que des 3 partis, 2 proposent une hausse jugée inacceptable par les étudiants. Le gouvernement a tenté de négocier avec les étudiants et a prouvé que les syndicats étudiants arrivaient mieux préparés aux rencontres de négociation que leurs négociateurs. Je ne suis pas un gros fan de Marois, surtout vu son patinage sur l’éducation supérieure, mais je sais ceci : si le PQ gagnait les élections le 4 septembre prochain, en l’espace d’une semaine, les étudiants seraient de retour en classe et le feraient avec un certain plaisir. La grève et la désobéissance civile s’arrêterait là.

Alors ça me surprend beaucoup que Jean Charest dise que voter pour Marois, c’est voter pour la rue. Au contraire, voter pour Marois, Québec Solidaire ou Option Nationale, c’est voter pour un parti qui va mettre un frein à la crise sociale du printemps érable. Et ce serait la plus belle conclusion de cette grève générale que de renverser le gouvernement de Jean Charest, ministre de la jeunesse, pour avoir manqué de respect envers la génération consciente.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s